Voyager – Une soutenance de thèse en hiver à Dijon

Inspiré du texte « La rue Vilin » – p.15 de l’infra-ordinaire, Georges Perec

Le tram tourne à gauche tandis que je tourne à droite dans la rue qui me mène à la gare. Les rails arrondies s’opposent à la ligne droite pour rejoindre le parvis. Je marche à pas pressés dans une rue froide.

Je croise deux dames dans une discussion bien animée. Un monsieur tout en noir me dévisage. De nombreux sens interdits.

J’avance sur des pavés rose et gris. Les murs sont en grès rose, comme souvent dans la ville. Et cette dame au bonnet pailleté est assortie au parvis.

Les rideaux sont encore tirés, ils ont différentes formes : losanges, triangles, grandes lattes. J’entends des vélos qui suivent mon chemin, qui me dépassent et freinent en grinçant.

Le vent se lève, plus aucun mur pour l’arrêter. Il fait encore plus froid. Moins trois ou moins quatre aujourd’hui.

Les pigeons comme toujours ont élu domicile. A moitié sur le béton. A moitié sur la pelouse. Défraîchie.

La grande limace en verre, en face, me laisse penser qu’il fera plus chaud dedans.

Les panneaux annoncent l’exposition Japon. Devant la porte, tout au long de la limace, des photos. Que je ne verrai pas, le froid est trop mordant.

On voit en triangle à côté à droite. Une entrée de parking en verre. Tout ici est vitré, transparent et laisse à peine deviner les structures historiques intérieurs, que l’on découvre au chaud.

La population se densifie à l’entrée, fumant à la porte. L’intérieur est interdit.

Le hall central est rempli. Des valises à roulettes, portées penchées ou roulées droites, constituent le fond sonore ou la musique du lieu. J’aurais aimé trouver une place au café mais il semble qu’il soit un petit peu trop bondé.

A l’heure où je prends mon café, au bar, à la gare, 9h, il y a du monde.

Une mère et sa fille pianotant chacun sur leur téléphone, un homme perdu dans ses pensées, une femme seule à lire en mastiquant, un enfant qui fait du yoyo, une maman avec sa poussette en train de nourrir le plus grand, deux femmes qui discutent avec leurs valises, pas trop loin d’elles, une femme affairée sur son ordinateur, la lumière éclairant bizarrement son visage, une discussion entre un homme chapeauté et une femme qui rit, et devant moi les baguettes et les croissants qui attendent d’être servies.

« Marc Lévy elle aime bien, oui Musso aussi c’est sympa »

« si vous voulez continuer à lire, il faut que je remette de la marchandise, hein »

Le plaisir de l’attente c’est aussi de voir les changements de lumière.

Train direction Bâle. Je m’arrêterai avant, je vérifie l’horaire, pour être sûre de ne pas rater ma correspondance.

A Sélestat comme toujours le bruit des freins et l’odeur du caoutchouc brûlé.

Je suis congelée et j’en tremble. Correspondance à Mulhouse ville. Entre deux quais, du 2 au 7 et là, attendre dans le froid.

Des personnes fument sur le quai, d’autres boivent de la bière, discutent toujours. Parfois opinent simplement. Le froid les engourdit. Certains se sont réfugiés dans une véranda, posée là. Indiquant : « vous êtes dans un espace protégé ». Caméra à l’appui.

13h. Grosse influence à Dijon.
Pas un bruit à part les gouttes qui tombent sur la neige.
Une quarantaine de personnes s’entassent sous les abris-bus.
Grand silence. À part deux étudiantes qui voyagent ensemble et discutent

Les trams ne marchent pas à cause de la neige. Le bus est blindé. Tout le monde est serré comme à Paris. Sauf qu’ici ce n’est pas habituel ni considéré comme normal. La chauffeure de bus est énervée et crie sur les passagers

« Si vous vous appuyez sur la porte elle ne pourra pas se fermer »

13h30 j’arrive au lieu de la soutenance. Je m’installe.

Je suis en avance.

Photographies : Mélodie Faury – Licence CC-By


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.