Là où je travaille il y a 5 grandes fenêtres qui donnent sur le campus

Là où je travaille il y a :

un bureau commun à 3 personnes dont mon directeur de thèse

plein de papiers et de documents mal rangés qui appartiennent à mon directeur et qui n’a pas le temps de s’en occuper, ni trier. Ils prennent la moitié du bureau

il y a des feuilles que j’ai accrochées sur le mur devant moi pour faciliter la mémorisation de certains protocoles expérimentaux Continuer la lecture de « Là où je travaille il y a 5 grandes fenêtres qui donnent sur le campus »

Hier – je suis arrivée au labo, j’ai installé mon ordi, j’ai pris 3 copies de mon manuscrit de thèse.

N. – doctorante en Biologie moléculaire et cellulaire

Hier je me suis réveillée à 7h30. Hier je me suis levée et j’ai arrangé ma chambre avant de prendre mon petit déjeuner.

Hier je me suis habillée et je suis partie de chez moi à 9h00 à vélo.

Hier je suis arrivée au labo, j’ai installé mon ordi, j’ai pris 3 copies de mon manuscrit de thèse.

Hier je suis repartie du labo, et je suis allée déposer une copie de ma thèse à l’examinatrice et après je suis allée à la poste pour envoyer les deux autres copies. Continuer la lecture de « Hier – je suis arrivée au labo, j’ai installé mon ordi, j’ai pris 3 copies de mon manuscrit de thèse. »

Là où je travaille il y a un couloir sombre avec « les labos »

par Marion, doctorante en Droit

Là où je travaille il y a des livres et des revues, puisque c’est une bibliothèque, de la moquette verte kaki immonde, des chaises oranges, des tables de 9 places. En ce moment il y a des ventilateurs. Je m’assois toujours à côté de la fenêtre.

Là où je travaille il y a une mezzanine où quand il pleut sur le toit entôlé il y a un bruit ploc ploc, on ne peut plus travailler. Continuer la lecture de « Là où je travaille il y a un couloir sombre avec « les labos » »

Hier – j’ai préparé ma présentation de vendredi.

par Marion, doctorante en Droit

Hier, je me suis levée à 8h. J’ai regardé les informations, me suis énervée contre Nadine Morano. J’ai ris d’elle. Je me souviens avoir préparé des tartines, discuté avec O. J’ai même moulu son café.

Hier, je suis partie à 9h10, à vélo, il n’y avait vraiment personne sur la route. J’ai pris l’ascenseur, montée au 3ème étage, je suis allée au labo, il y avait L., bizarre. Il n’arrive jamais tôt. Il me faut 17 minutes pour noter sur le tableau les scores de la coupe du monde, je suis deuxième, contente. Je discute avec P. et S. et je vais travailler à la bibliothèque. Continuer la lecture de « Hier – j’ai préparé ma présentation de vendredi. »

Écrire

« Écrire : essayer méticuleusement de retenir quelque chose, de faire survivre quelque chose : arracher quelques bribes précises au vide qui se creuse, laisser, quelque part, un sillon, une trace, une marque ou quelques signes. »

Georges Perec, Espèces d’espaces, Paris, 1973-1974

Lieux de science et de recherche

Billet initialement publié sur Approches biographiques d’un texte scientifique

Joffredo, Thierry (13 novembre 2016) “Lieux de science et de recherche”. Approches biographiques d’un texte scientifique [carnet de recherche]. Consulté le 18 juin 2018.  https://cramer.hypotheses.org/113

Il y a longtemps que j’ai envie d’écrire quelque chose sur les différents lieux, bâtiments et structures – bibliothèques, salles d’archives, centres de recherche, labos, etc. – que j’ai été amené à fréquenter à l’occasion de mes travaux de recherche en histoire des mathématiques lors de ces dernières années. La science n’est pas qu’une activité purement intellectuelle, non géographiquement située : les lieux dans lesquels cette science se construit sont d’une importance cruciale dans ses processus d’élaboration1. À une échelle très personnelle, la fréquentation de ces lieux de science et de recherche a été un élément moteur de mon parcours d’apprenti historien. Si j’effectue l’essentiel de mon travail de recherche, d’analyse et de rédaction depuis mon bureau, chez moi, le fait de me transporter, à l’occasion d’un séjour en archives, d’un colloque ou d’une école, dans un endroit où la science s’exerce et se pratique effectivement, m’est toujours bénéfique et stimulant.

Continuer la lecture de « Lieux de science et de recherche »

Ecritoires-miroirs

La table de travail, le bureau, le pupitre, l’écritoire.

Celui de la maison : en bois clair. Trois bougies et une boule à neige: pour réchauffer l’atmosphère. Ma boite à outils : trousse, pot à crayon, post-its (bleus, rouges, jaunes, verts), agrafeuse, perforatrice. Agenda (deux), carnets (3), cahier rouge (1). Livres : empilés. Tasse de thé : souvent. Lampe : lumière douce et plutôt chaude (dans les jaunes). Sticks à lèvre : deux, trois ? Sur le mur : « L’horizon chimérique », tant regardé depuis qu’il est affiché. Photographie non contractuelle : la place des objets dépend de l’humeur de l’occupante. Il accueille la préparation des cours, l’entassement des fiches de lecture, … la nervosité. Continuer la lecture de « Ecritoires-miroirs »

Tables de travail, bureau et écritoires – Appel à participation #2 au carnet « L’infra-ordinaire »

Appel à durée indéterminé.

En 2012, Marc Jahjah collectionnait les tables de travail – la belle collection de nos infra-ordinaires :

https://www.pinterest.fr/sobookonline/tables-de-travail-reelles-revees-racontees/

En hommage à Louise Merzeau, il avait proposé de réactivr le hashtag  sur Twitter

Le bureau de Louise Merzeau :

« Avec ce hashtag (#tabledetravail), quelque chose commençait à émerger, de l’ordre d’une sociabilité matérielle et sensible. En hommage, je propose aujourd’hui de le réactiver, pour que @lmerzeau continue de regarder. »

Je vous invite à parler, tracer, montrer, décrire… ou tout autres formes d’écritures

 de vos bureaux, tables de travail et écritoires

La forme est libre.

Les propositions peuvent être envoyés à faury@unistra.fr ou être postés directement en commentaires ou encore sur Twitter avec le hashtag #tablesdetravail.

Elles pourront être publiés sous forme de billets dans ce carnet avec l’accord des auteur.e.s.

– Hier – Appel à participation #1 au carnet « L’infra-ordinaire »

Appel à durée indéterminé.

Racontez votre journée d’hier à l’université, au labo, au bureau, sur le terrain, avec une série de phrases commençant par « Hier… »*

La taille des phrase est libre, l’amorce seule est proposée

Les textes peuvent être envoyés à faury@unistra.fr ou être postés directement en commentaires. Ils pourront être publiés sous forme de billets dans le carnet avec l’accord des auteur.e.s.

*J’emprunte cette idée à Amélie Charcosset, proposée lors d’un atelier d’écriture, qui l’a elle-même rencontrée dans un autre atelier. Et Perec n’est pas loin.

Interroger l’habituel.

« Ce qui se passe vraiment, ce que nous vivons, le reste, tout le reste, où est-il ? Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ?

Interroger l’habituel. Mais justement, nous y sommes habitués. Nous ne l’interrogeons pas, il ne nous interroge pas, il semble ne pas faire problème, nous le vivons sans y penser, comme s’il ne véhiculait ni question ni réponse, comme s’il n’était porteur d’aucune information. Ce n’est même plus du conditionnement, c’est de l’anesthésie. Nous dormons notre vie d’un sommeil sans rêves. Mais où est-elle, notre vie ? Où est notre corps ? Où est notre espace ?

Comment parler de ces « choses communes », comment les traquer plutôt, comment les débusquer, les arracher à la gague dans laquelle elles restent engluées, comment leur donner un sens, une langue : qu’elles parlent enfin de ce qui est, de ce que nous sommes.

Peut-être s’agit-il de fonder enfin notre propre anthropologie : celle qui parlera de nous, qui ira chercher en nous ce que nous avons si longtemps pillé chez les autres. Non plus l’exotique, mais l’endotique. Continuer la lecture de « Interroger l’habituel. »

Voyager – Une soutenance de thèse en hiver à Dijon

Inspiré du texte « La rue Vilin » – p.15 de l’infra-ordinaire, Georges Perec

Le tram tourne à gauche tandis que je tourne à droite dans la rue qui me mène à la gare. Les rails arrondies s’opposent à la ligne droite pour rejoindre le parvis. Je marche à pas pressés dans une rue froide.

Je croise deux dames dans une discussion bien animée. Un monsieur tout en noir me dévisage. De nombreux sens interdits.

J’avance sur des pavés rose et gris. Les murs sont en grès rose, comme souvent dans la ville. Et cette dame au bonnet pailleté est assortie au parvis.

Les rideaux sont encore tirés, ils ont différentes formes : losanges, triangles, grandes lattes. J’entends des vélos qui suivent mon chemin, qui me dépassent et freinent en grinçant.

Le vent se lève, plus aucun mur pour l’arrêter. Il fait encore plus froid. Moins trois ou moins quatre aujourd’hui.

Les pigeons comme toujours ont élu domicile. A moitié sur le béton. A moitié sur la pelouse. Défraîchie. Continuer la lecture de « Voyager – Une soutenance de thèse en hiver à Dijon »

L’infra-ordinaire

Inspiré des écrits de Georges Perec et des travaux coordonnés par Muriel Lefebvre (2013), ce carnet de terrain s’intéresse aux infra-ordinaires de la recherche. Carnet expérimental, ouvert aux contributions, témoignages et autres écritures

Muriel Lefebvre, « L’infra-ordinaire de la recherche. Écritures scientifiques personnelles, archives et mémoire de la recherche », Sciences de la société [En ligne], 89 | 2013, mis en ligne le 31 janvier 2014, consulté le 05 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/sds/203 ; DOI : 10.4000/sds.203

Photographie : Mélodie Faury – Licence CC-By