“A Summer Series? Spaces of my Dissertation” chez Deborah Dubald

Cet été, Deborah Dubald a proposé une belle série dans son carnet de recherche #LesLieuxDeLaThese >>> voir ici

Une série qui donne envie de la rejoindre et de contribuer 🙂 #LesLieuxDeLaRecherche

A Summer Series? Spaces of my Dissertation

“A series. Of pictures. Of dots and lines on the map. A few lines to explain or share.Some colours. Sometimes just plain text. (…)

Benvenuti nei #LuoghiDellaTesi
This is #SpacesOfMyDissertation
Bienvenue dans #LesLieuxDeLaThese”

#1 – sandwich

“Not that a sandwich is a place. But the table and stool I sat on were the material support for my lunch that day. My precise position in the front hall of the Archives Départementales du Rhône. (…)”

#2 – Banc

“Le banc. Ce banc.

Plaçons le décor. C’est un banc de pierre adossé au mur extérieur de la Villa Salviati (où se trouve le Département d’Histoire et Civilisation depuis l’été 2016). Un coin à l’ombre jusqu’au début de l’après-midi. Il y fait frais l’été (et c’est pas rien). C’est aussi la designated smoking area : un haut lieu de ralliement.”

#3 – balcon

“Le balcon.

C’est juillet. Il fait encore 30°C dans l’appartement de Santa Croce, à Florence. Alors, je m’échappe sur le balcon. Pour me concentrer et finir ce papier overdue depuis un peu trop longtemps. Dans la playlist, il y a Seven Days of Falling d’EST. (…)”

#4 – Il bar

Il bar. In Villa Salviati.

La mattina ci si arriva fissando il vuoto.
Voce umana (‘Ciao, che ti faccio?’)
Chiedere un caffè. Fare due chiacchiere.

#5 – “on vit avec les bagages qu’on a”

““On vit avec les bagages qu’on a”

Cette phrase se trouve au dos de cette double page photographiée.

Cette double page est un lieu de ma thèse où je reviens souvent. Je l’ai photographiée, et même si le carnet est rangé sur une étagère et certainement à des centaines de kilomètres de moi lorsque j’ai besoin d’y retourner, je peux toujours la relire. (…)”

#6 – en peau

“Çà, c’est la première fois que j’ai tenu dans mes mains, un specimen.

J’étais curieuse de comprendre ce qu’était cette préparation d’oiseaux ‘en pot’. Pourquoi mettre des oiseaux en pot? Sont-ils immergés dans une solution qui conserve leur plumage? Est-ce que c’est une préparation justement faite pour conserver “l’intérieur” de l’animal, je sais pas, les os? (…)”

#Veille « Le commun comme ordinaire et comme conversation » Sandra Laugier

Les pépites, je les partage

Laugier Sandra, « Le commun comme ordinaire et comme conversation », Multitudes, 2011/2 (n° 45), p. 104-112. DOI : 10.3917/mult.045.0104. URL : https://www.cairn.info/revue-multitudes-2011-2-page-104.htm

Résumé

L’accent mis par quelques philosophes américains (Emerson, Cavell) sur la conversation ordinaire esquisse l’idéal d’une démocratie qui serait non pas celui de la discussion rationnelle, mais celui d’une circulation commune de la parole où personne ne serait sans voix. Les analyses du care comme les analyses féministes sont controversées parce qu’elles font entendre, dans le champ moral et politique, des voix subalternes jusqu’alors disqualifiées. L’attention nouvelle que propose le care est une attention à ce qui constitue ordinairement notre commun, question alors non plus métaphysique ou principielle, mais matérielle (le soutien de la vie, comme fil continu).