Voyager – Une soutenance de thèse en hiver à Dijon

Inspiré du texte “La rue Vilin” – p.15 de l’infra-ordinaire, Georges Perec

Le tram tourne à gauche tandis que je tourne à droite dans la rue qui me mène à la gare. Les rails arrondies s’opposent à la ligne droite pour rejoindre le parvis. Je marche à pas pressés dans une rue froide.

Je croise deux dames dans une discussion bien animée. Un monsieur tout en noir me dévisage. De nombreux sens interdits.

J’avance sur des pavés rose et gris. Les murs sont en grès rose, comme souvent dans la ville. Et cette dame au bonnet pailleté est assortie au parvis.

Les rideaux sont encore tirés, ils ont différentes formes : losanges, triangles, grandes lattes. J’entends des vélos qui suivent mon chemin, qui me dépassent et freinent en grinçant.

Le vent se lève, plus aucun mur pour l’arrêter. Il fait encore plus froid. Moins trois ou moins quatre aujourd’hui.

Les pigeons comme toujours ont élu domicile. A moitié sur le béton. A moitié sur la pelouse. Défraîchie. Continuer la lecture de « Voyager – Une soutenance de thèse en hiver à Dijon »