Interroger l’habituel.

“Ce qui se passe vraiment, ce que nous vivons, le reste, tout le reste, où est-il ? Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ?

Interroger l’habituel. Mais justement, nous y sommes habitués. Nous ne l’interrogeons pas, il ne nous interroge pas, il semble ne pas faire problème, nous le vivons sans y penser, comme s’il ne véhiculait ni question ni réponse, comme s’il n’était porteur d’aucune information. Ce n’est même plus du conditionnement, c’est de l’anesthésie. Nous dormons notre vie d’un sommeil sans rêves. Mais où est-elle, notre vie ? Où est notre corps ? Où est notre espace ?

Comment parler de ces « choses communes », comment les traquer plutôt, comment les débusquer, les arracher à la gague dans laquelle elles restent engluées, comment leur donner un sens, une langue : qu’elles parlent enfin de ce qui est, de ce que nous sommes.

Peut-être s’agit-il de fonder enfin notre propre anthropologie : celle qui parlera de nous, qui ira chercher en nous ce que nous avons si longtemps pillé chez les autres. Non plus l’exotique, mais l’endotique. Continuer la lecture de « Interroger l’habituel. »

L’infra-ordinaire

Inspiré des écrits de Georges Perec et des travaux coordonnés par Muriel Lefebvre (2013), ce carnet de terrain s’intéresse aux infra-ordinaires de la recherche. Carnet expérimental, ouvert aux contributions, témoignages et autres écritures

Muriel Lefebvre, « L’infra-ordinaire de la recherche. Écritures scientifiques personnelles, archives et mémoire de la recherche », Sciences de la société [En ligne], 89 | 2013, mis en ligne le 31 janvier 2014, consulté le 05 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/sds/203 ; DOI : 10.4000/sds.203

Photographie : Mélodie Faury – Licence CC-By