“A Summer Series? Spaces of my Dissertation” chez Deborah Dubald

Cet été, Deborah Dubald a proposé une belle série dans son carnet de recherche #LesLieuxDeLaThese >>> voir ici

Une série qui donne envie de la rejoindre et de contribuer 🙂 #LesLieuxDeLaRecherche

A Summer Series? Spaces of my Dissertation

“A series. Of pictures. Of dots and lines on the map. A few lines to explain or share.Some colours. Sometimes just plain text. (…)

Benvenuti nei #LuoghiDellaTesi
This is #SpacesOfMyDissertation
Bienvenue dans #LesLieuxDeLaThese”

#1 – sandwich

“Not that a sandwich is a place. But the table and stool I sat on were the material support for my lunch that day. My precise position in the front hall of the Archives Départementales du Rhône. (…)”

#2 – Banc

“Le banc. Ce banc.

Plaçons le décor. C’est un banc de pierre adossé au mur extérieur de la Villa Salviati (où se trouve le Département d’Histoire et Civilisation depuis l’été 2016). Un coin à l’ombre jusqu’au début de l’après-midi. Il y fait frais l’été (et c’est pas rien). C’est aussi la designated smoking area : un haut lieu de ralliement.”

#3 – balcon

“Le balcon.

C’est juillet. Il fait encore 30°C dans l’appartement de Santa Croce, à Florence. Alors, je m’échappe sur le balcon. Pour me concentrer et finir ce papier overdue depuis un peu trop longtemps. Dans la playlist, il y a Seven Days of Falling d’EST. (…)”

#4 – Il bar

Il bar. In Villa Salviati.

La mattina ci si arriva fissando il vuoto.
Voce umana (‘Ciao, che ti faccio?’)
Chiedere un caffè. Fare due chiacchiere.

#5 – “on vit avec les bagages qu’on a”

““On vit avec les bagages qu’on a”

Cette phrase se trouve au dos de cette double page photographiée.

Cette double page est un lieu de ma thèse où je reviens souvent. Je l’ai photographiée, et même si le carnet est rangé sur une étagère et certainement à des centaines de kilomètres de moi lorsque j’ai besoin d’y retourner, je peux toujours la relire. (…)”

#6 – en peau

“Çà, c’est la première fois que j’ai tenu dans mes mains, un specimen.

J’étais curieuse de comprendre ce qu’était cette préparation d’oiseaux ‘en pot’. Pourquoi mettre des oiseaux en pot? Sont-ils immergés dans une solution qui conserve leur plumage? Est-ce que c’est une préparation justement faite pour conserver “l’intérieur” de l’animal, je sais pas, les os? (…)”

Là où je travaille il y a 5 grandes fenêtres qui donnent sur le campus

Là où je travaille il y a :

un bureau commun à 3 personnes dont mon directeur de thèse

plein de papiers et de documents mal rangés qui appartiennent à mon directeur et qui n’a pas le temps de s’en occuper, ni trier. Ils prennent la moitié du bureau

il y a des feuilles que j’ai accrochées sur le mur devant moi pour faciliter la mémorisation de certains protocoles expérimentaux Continuer la lecture de « Là où je travaille il y a 5 grandes fenêtres qui donnent sur le campus »

Hier – je suis arrivée au labo, j’ai installé mon ordi, j’ai pris 3 copies de mon manuscrit de thèse.

N. – doctorante en Biologie moléculaire et cellulaire

Hier je me suis réveillée à 7h30. Hier je me suis levée et j’ai arrangé ma chambre avant de prendre mon petit déjeuner.

Hier je me suis habillée et je suis partie de chez moi à 9h00 à vélo.

Hier je suis arrivée au labo, j’ai installé mon ordi, j’ai pris 3 copies de mon manuscrit de thèse.

Hier je suis repartie du labo, et je suis allée déposer une copie de ma thèse à l’examinatrice et après je suis allée à la poste pour envoyer les deux autres copies. Continuer la lecture de « Hier – je suis arrivée au labo, j’ai installé mon ordi, j’ai pris 3 copies de mon manuscrit de thèse. »

Là où je travaille il y a un couloir sombre avec « les labos »

par Marion, doctorante en Droit

Là où je travaille il y a des livres et des revues, puisque c’est une bibliothèque, de la moquette verte kaki immonde, des chaises oranges, des tables de 9 places. En ce moment il y a des ventilateurs. Je m’assois toujours à côté de la fenêtre.

Là où je travaille il y a une mezzanine où quand il pleut sur le toit entôlé il y a un bruit ploc ploc, on ne peut plus travailler. Continuer la lecture de « Là où je travaille il y a un couloir sombre avec « les labos » »

Hier – j’ai préparé ma présentation de vendredi.

par Marion, doctorante en Droit

Hier, je me suis levée à 8h. J’ai regardé les informations, me suis énervée contre Nadine Morano. J’ai ris d’elle. Je me souviens avoir préparé des tartines, discuté avec O. J’ai même moulu son café.

Hier, je suis partie à 9h10, à vélo, il n’y avait vraiment personne sur la route. J’ai pris l’ascenseur, montée au 3ème étage, je suis allée au labo, il y avait L., bizarre. Il n’arrive jamais tôt. Il me faut 17 minutes pour noter sur le tableau les scores de la coupe du monde, je suis deuxième, contente. Je discute avec P. et S. et je vais travailler à la bibliothèque. Continuer la lecture de « Hier – j’ai préparé ma présentation de vendredi. »

Tables de travail, bureau et écritoires – Appel à participation #2 au carnet “L’infra-ordinaire”

Appel à durée indéterminé.

En 2012, Marc Jahjah collectionnait les tables de travail – la belle collection de nos infra-ordinaires :

https://www.pinterest.fr/sobookonline/tables-de-travail-reelles-revees-racontees/

En hommage à Louise Merzeau, il avait proposé de réactivr le hashtag  sur Twitter

Le bureau de Louise Merzeau :

“Avec ce hashtag (#tabledetravail), quelque chose commençait à émerger, de l’ordre d’une sociabilité matérielle et sensible. En hommage, je propose aujourd’hui de le réactiver, pour que @lmerzeau continue de regarder.”

Je vous invite à parler, tracer, montrer, décrire… ou tout autres formes d’écritures

 de vos bureaux, tables de travail et écritoires

La forme est libre.

Les propositions peuvent être envoyés à faury@unistra.fr ou être postés directement en commentaires ou encore sur Twitter avec le hashtag #tablesdetravail.

Elles pourront être publiés sous forme de billets dans ce carnet avec l’accord des auteur.e.s.

– Hier – Appel à participation #1 au carnet “L’infra-ordinaire”

Appel à durée indéterminé.

Racontez votre journée d’hier à l’université, au labo, au bureau, sur le terrain, avec une série de phrases commençant par “Hier…”*

La taille des phrase est libre, l’amorce seule est proposée

Les textes peuvent être envoyés à faury@unistra.fr ou être postés directement en commentaires. Ils pourront être publiés sous forme de billets dans le carnet avec l’accord des auteur.e.s.

*J’emprunte cette idée à Amélie Charcosset, proposée lors d’un atelier d’écriture, qui l’a elle-même rencontrée dans un autre atelier. Et Perec n’est pas loin.